Twitter, une mine d’informations | Le pied dans la bouche - La rédaction Web bien mâchée!
Twitter Fil RSS

Twitter, une mine d’informations

Frédérique Fradet — Les moyens de s’informer mis à notre portée ne cessent de se simplifier. Aujourd’hui, nul besoin de regarder une émission d’une heure à la télévision ou de lire un journal entier pour se renseigner sur les nouvelles d’ici et d’ailleurs. Il suffit d’ouvrir une page Twitter et de consulter les micromessages associés aux principaux mots-clics.

Le réseau social de microblogage est devenu une véritable « base de données gratuite et mise à jour quotidiennement ». Les internautes ne peuvent qu’en tirer profit en s’abonnant à des médias et à des personnes de partout dans le monde, suivre en temps réel les développements d’une catastrophe ou d’un événement, lire les commentaires de personnalités influentes. Bref, on s’informe en moins de 140 caractères.

Un outil de veille pour les journalistes

Les journalistes sont certainement les premiers à bénéficier de l’apport de Twitter, autant pour le partage d’informations que pour la recherche. À l’affût des tendances sur le web, « près de 70 % des journalistes français sont présents sur Twitter ». Ils ont flairé la bonne affaire : le réseau social leur apporte des sujets et des sources en plus de les tenir informés.

Nombre de journalistes constituent des articles entiers à partir de micromessages vus sur Twitter. Il faut dire que les commentaires émis sur le site sont représentatifs de la réaction du public face à un événement. On peut penser notamment à la libération de Guy Turcotte, ce médecin ayant tué ses enfants, en attente d’un deuxième procès. Cette annonce a déclenché une avalanche de commentaires désobligeants et le Huffington Post Québec en a profité pour rédiger un court texte accompagné des gazouillis les plus dignes d’intérêt à propos de cette affaire. Les articles de ce genre sont de plus en plus présents sur le web, Twitter étant devenu un portail plein de ressources. Il arrive même que Twitter dévoile des informations avant tous les autres réseaux, comme lors de l’annonce de « l’amerrissage forcé d’un avion dans l’Hudson (New York), le 15 janvier [2009] ».

S’informer consciencieusement?

Pour sa part, le public s’informe sur Twitter pour son plaisir plus que pour le travail. Il lit les messages qui lui plaisent, regarde les photos et communique avec ses abonnés, mais ne clique pas toujours sur les liens, ce qui fait de lui un public partiellement informé sur l’actualité.

En février 2010, cinq journalistes de chaînes radiophoniques francophones ont tenté une expérience appelée le « huis clos du net » où chacun d’eux était coupé du monde pendant 5 jours. Ils cherchaient à savoir ce que l’information relayée sur les réseaux sociaux pouvait réellement apporter. Ils ont pu constater l’impressionnante rapidité de partage des informations sur Twitter, ce qui constitue un atout pour les nouvelles de dernière heure. Stéphane Baillargeon, journaliste au Devoir, a d’ailleurs dit que « [la] vraie nouveauté incontournable est là, dans l’interaction rapide, instantanée, abondante, permise par le réseau social, communautaire et participatif ». En contrepartie, au cours de l’expérience, la capacité de désinformation de Twitter s’est aussi avérée importante. Il est donc nécessaire de vérifier le contexte au-delà de l’information disponible sur Twitter.

Ainsi, la croissance exponentielle d’informations en circulation sur Twitter ne garantit en aucun cas la fiabilité des sources. L’utilisateur doit faire preuve de discernement et creuser davantage dans la nouvelle pour ne pas rester en surface.

RÉFÉRENCES

Guy Turcotte libéré : les internautes révoltés sur Twitter | Le Huffington Post Québec

Huis clos sur le net : le bilan | Benjamin Muller – France Info

Le réseau Twitter émerge comme source d’informations pour les médias | Xavier Ternisien – Le Monde

Portrait du journaliste gazouilleur | Stéphane Baillargeon – Le Devoir

Près de 70 % des journalistes français sont présents sur Twitter | Le Journal du Net

Twitter à l’étude! | Le code Chastenay – Télé-Québec [vidéo]



Frédérique Fradet – LinkedIn

 

Plusone Facebook Twitter Email

0

Laisser une réponse